La pêche aux appâts naturels

La truite s'alimente énormément, pour faire face à la dépense d'énergie qu'elle utilise dans ses déplacements face aux courants. Elle se nourrit en partie de larves, d'insectes et de petits poissons. Mais elle ne dédaigne pas un beau vers de rosé (lombric), voir un hanneton ou une arachnide... tout est bon à prendre quand les températures permettent une activité débordante !

La pêche aux appâts naturels se pratique souvent par la technique dite du "toc" et la longue coulée. La pêche au toc se pratique à la vue et au toucher, le fil étant tenu en permanence entre les doigts. La répercution des touches se fait dans la main par de petits chocs (coup de gueule du poisson, le fameux "toc").

La pêche en longue coulée comme son nom l'indique se pratique en faisant de grandes dérives dans les veines de courant. Une canne spéciale permet de garder le contact avec le flotteur et la partie de ligne pêchante.  

Le vairon mort manié

Cette technique et sans doute une des plus élaborée pour la capture de belles "zèbrées" actives ou embusquées. Elle consite à utiliser un petit poisson naturel comme appât, celui-ci est monté sur la ligne. Le poisson est armé, lesté et subit une animation bien particulière pour déclancher les attaques. Un nombre important de montures ont été mises au point pour pratiquer cette pêche active. En effet, le vairon mort manié demande de la précision dans les lancers, la dérive, de la concentration mais aussi de l'aptitude à pêcher en mouvement et approcher les postes les plus encombrés. Efficacité garantie, et plaisir de voir les attaques font de cette technique une pêche attrayante et passionnante.